Martine et Joëlle Gary : à la tête d’une institution andrésienne

La droguerie Gary, rue du Général-Leclerc a définitivement fermé ses portes le 31 décembre 2021. A la tête de ce navire, qu’on pensait insubmersible, deux sœurs, qui ont toujours eu à cœur de satisfaire leurs clients, faisant de la gentillesse, leur marque de fabrique.

MJG

La famille Gary tenait boutique depuis 1942. Elles ont repris la suite de leur père et ont su maintenir le cap et fidéliser les Andrésiens, malgré l’essor des grandes surfaces ; elles profitèrent même du développement du e-commerce, pour devenir le temple du relais-colis !

La droguerie cultivait son côté désuet, mais a toujours eu la capacité de s’adapter et résister.

 Martine y travaillait depuis ses 14 ans.

Elle évoque la tristesse des habitués pour ne pas parler de la sienne et dans un sourire se remémore : « Chez nous, on trouvait de tout et ce que je n’avais pas, je le commandais… La priorité c’était de faire plaisirs aux clients »

 Avec sa sœur Joëlle, elles n’ont pas ménagé leur peine pour l’entreprise familiale, manipulant les matériaux vendus au mètre, les jerricanes d’essences (la boutique possédait une pompe sur le trottoir), prenant commande et donnant conseil.

 Véritable caverne d’Ali Baba, vous y trouviez papier-peint, vaisselle, petit électroménager, carterie et comme toute bonne droguerie, des produits ménagers, des graines, du petit outillage, mais pas seulement… les deux sœurs ajoutent « les clients venaient pour le sourire ! »

Les habitués sont unanimes, quand ils parlent des « charmantes dames » : souriantes,  gentilles, de bons conseils, serviables, à l’écoute...

 Que devient alors la vitrine du 62, de la rue Leclerc ?  Elles ne veulent pas y penser pour le moment. « Je ne dis pas qu’il n’y aura plus rien, mais pour l’instant je n’ai pas le cœur à y réfléchir, vous savez je suis née ici… » Difficile d’imaginer un autre nom sur l’enseigne pour les sœurs Gary, pour les Andrésiens aussi !

 

SAM 180 – Janvier 2022